Pour l’alliance des écologistes

27 mai 2019

Par Delphine Batho

Urgence Ecologie a réussi son acte de naissance dimanche. Sans ressources, sans écho médiatique, nous avons réuni 411 793 voix et 1,82 % des suffrages. Urgence Ecologie n’a que quelques mois d’existence. Nous sommes partis en campagne tard, sans moyens, mais avec, autour de Dominique Bourg, des contenus et des propositions très solides. Nos “fondations” ont influencé les réflexions et les débats bien au-delà de celles et ceux qui ont voté pour nous avec conviction. Si les bulletins de vote n’avaient pas manqué dès la mi-journée dans de très nombreux bureaux, les 3% auraient assurément été atteints. Une nouvelle force politique et militante s’est constituée. C’est une performance remarquable pour une initiative politique émergente, très prometteuse pour l’avenir et qui nous engage à poursuivre cette démarche.

Le résultat des élections européennes en France n’est pas celui d’un tête-à-tête entre l’extrême-droite d’un côté, et les libéraux d’En Marche de l’autre. Cette illusion d’optique conduit à une erreur d’analyse.

Un troisième pôle émerge : celui de l’écologie. En France, elle devrait faire jeu égal, autour de 20%, avec l’extrême-droite et le parti majoritaire au pouvoir. Or ce n’est pas le cas, malgré la progression d’EELV par rapport aux européennes de 2014. Si cette situation perdure, les électeurs continueront lors des prochaines échéances au scrutin majoritaire à être enfermés au second tour dans un choix binaire RN / LREM. Il faut briser cette fausse alternative.

Les élections européennes ouvrent la possibilité de donner à l’écologie politique en France un nouveau départ, indispensable face à l’accélération du changement climatique et de l’effondrement du vivant, et au diapason des mobilisations citoyennes et de l’expression de la jeunesse qui a saisi l’urgence vitale dans laquelle nous sommes.

L’écologie à plus de 20%, c’est possible ! Le potentiel est là car l’addition des résultats d’EELV, du Parti Animaliste et d’Urgence Ecologie représente 17,46 % des suffrages.

C’est pourquoi nous considérons que la première urgence politique au lendemain du scrutin est celle du rassemblement des écologistes, auquel nous souhaitons prendre toute notre part.

Nous voulons œuvrer à la construction de ce troisième pôle, avec une écologie à plus de 20% en capacité d’emporter la majorité.

Nous voulons partager avec le plus grand nombre d’écologistes le socle des orientations portées par Urgence Ecologie dans la campagne des élections européennes :

  • Un programme politique fondé sur les données scientifiques, cohérent avec les conclusions des rapports du GIEC et de l’IPBES et avec tous les travaux sur les risques d’effondrements systémiques ;
  • Une politique d’écologie intégrale, qui place la primauté de l’écologie au cœur de toutes les décisions dans tous les domaines pour changer les règles du jeu ;
  • L’autonomie et l’indépendance de l’écologie politique, au travers de la nouvelle grille de lecture des clivages opposant les Terriens aux Destructeurs.

C’est sur cette base que nous pourrons porter le projet de société du « bien vivre pour tous » et amener à l’écologie les catégories sociales qui en sont encore les plus éloignées aujourd’hui.

Au lendemain du scrutin, la pire erreur pour les écologistes serait en effet de retomber dans les ornières des anciens clivages du monde d’avant. Une sorte de nouvelle gauche plurielle ne peut plus être majoritaire en France, car le programme politique de la social-démocratie et de tout ce qui s’y apparente est historiquement caduque. La seule alternative est désormais l’écologie qui s’élève contre les modes de production et de consommation actuels. Il n’y a plus de compromis possible avec les visions productivistes qui placent la « relance » de la croissance au cœur de leur programme, et qui de facto continuent d’ignorer les limites planétaires et de soutenir des projets destructeurs aux quatre coins du territoire. Si l’évolution de l’ancienne gauche vers l’écologie devient sincère, elle ne pourra être, à terme, qu’une des composantes de l’union de tous les Terriens.  

Génération Écologie va poursuivre la démarche Urgence Ecologie avec Dominique Bourg, Antoine Waechter, Sébastien Nadot et tant d’autres qui se sont impliqués en politique à nos côtés pour la première fois. Nous appelons toutes les électrices et les électeurs qui ont été convaincus par nos orientations à s’engager pour prolonger leur vote de façon active.  

Notre mouvement est au service d’une cause : nous souhaitons clairement le rassemblement de tous les écologistes dans leur diversité, avec comme première échéance les élections territoriales à venir.

C’est pourquoi si EELV invite l’ensemble des formations écologistes à un échange dans cette perspective, nous y sommes prêts et Génération Écologie répondra présent !